Article 0

Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway. Animation du 13 février à la bibliothèque.

Malgré quelques absences dues à la concurrence, déloyale parce que trop attractive ! du cours de Mr Kosmicki nous étions nombreux autour de la table ovale pour écouter parler du Vieil homme et la mer,  roman d’Ernest Hemingway, celui qui dans l’ensemble de son œuvre est le plus lu, le plus traduit, et qui lui a valu le prix Pulitzer en 1953 avant son obtention de Prix Nobel de littérature en 1954.

Après une brève présentation de la biographie de l’auteur, romancier, journaliste, reporter de guerre, aventurier, passionné par la chasse, la pêche et grand amoureux des femmes, il en épousa 4, Isabelle nous a emmenés sur ses traces à Cuba. Il affectionnait cette île dans laquelle il acheta une maison et où il écrivit certaines de ses œuvres. Les photos de cette maison où rien n’a été déplacé et qui semble l’attendre, la mythique machine à écrire où ne manque que la feuille de papier pour en entendre le cliquetis, les bars dans lesquels il affectionnait les mojitos, ses portraits, les photos de son yacht et des prises de poissons énormes dont il était si fier nous ont donné l’impression de sa présence à nos côtés.

Macau a présenté ensuite le roman Le vieil homme et la mer dans sa nouvelle traduction par Philippe Jaworski, traduction applaudie par la critique et qui donne comme une nouvelle naissance à ce court roman que nous avons tous lu dans notre jeunesse. Elle l’a présenté comme une fable à la façon de celles de La Fontaine dont on célèbre le 350ème anniversaire de la première publication de son recueil. Il y a le titre où l’on retrouve séparé par la conjonction et les deux opposants : l’homme et la mer comme le sont la laitière et le pot au lait, le loup et l’agneau, le corbeau et le renard etc.

Le corps de la fable c’est d’abord le décor, un petit village de pêcheurs de Cuba sur le bord du Gulf Stream ; puis les personnages, Santiago le vieil homme et Manolin le jeune garçon. Ils forment un couple ancestral : le maître et le disciple qui éprouve pour ce maître de l’affection et de l’admiration.  Le récit de la fable se poursuit avec le temps de l’exploit qui décrit longuement le combat de l’homme contre un marlin, et non un espadon, poisson énorme contre lequel il va lutter trois jours et deux nuits alors que la douleur, la fatigue

et la faim épuisent ses forces. C’est enfin la fin du corps de la fable : l’épreuve du désastre. Les requins « charognards, immondes, puants autant que tueurs » vont déchiqueter le poisson que trop grand et trop lourd il n ‘a pu hisser dans le bateau. Le vieil homme assiste impuissant au dépeçage du poisson et il dira en guise d’oraison : je nous ai abîmés tous les deux. La morale n’est pas donnée explicitement dans une formulation très brève qui serait située à la fin du récit comme nous en avons l’habitude chez La Fontaine ; elle est présente tout au long du roman par des phrases courtes qui ont un air d’aphorismes : la douleur ne compte pas, je peux la vaincre. L’homme n’est pas fait pour être vaincu ; détruit, mais pas vaincu. Tu l’as détruit par orgueil. Qu’est-ce qui t’a fait perdre ? Rien je suis allé trop loin.

Jeanine a donné à cette présentation un tour interactif. Elle a sélectionné un extrait, le souvenir de la lutte de Santiago contre un nègre, dans un bar, combat sur lequel les spectateurs avaient engagé des paris. Elle a choisi les deux traductions, celle de Jean Dutour de 1952 et celle de Philippe Jaworski de 2017 auxquelles elle a ajouté une page de la bande dessinée de Le vieil homme et la mer de Thierry Murat publiée en 2014, adaptation libre du roman d’Ernest Hemingway. Nous avions ces documents devant nous et les lire, les comparer, exprimer nos préférences, nos réserves nous a donné l’impression d’être à notre tour les créateurs d’une ambiance dans un café enfumé et bruyant des années 50 à La Havane

Adresse de l'Université Tous Ages de Vannes et sa région

39 bis rue Albert 1er
(entrée rue Jules Verne )
56000 VANNES

Tel : 02 97 63 41 41
Le secrétariat est ouvert de 8 h 30 à 12 h 00 et de 13 h 30 à 17 h 30 (17 h 00 le vendredi).

Merci de bien vouloir privilégier les horaires de permanences durant lesquels des bénévoles vous accueillent et vous renseignent du lundi au vendredi de 09 h 00 à 11 h 45 et de 14 h 00 à 17 h 00

Parking dans la cour