Article 0

Les ossaria. Une pratique funéraire gallo-romaine en pays vénète

Le 10/04/2018 à 14 h 30

Par Joël Le Cornec

Pour reprendre brièvement l’historique de la recherche concernant des « coffres » de forme cylindrique auxquels fut donné le nom de « pile mil », il nous faut remonter à 1955 lorsque le chanoine Danigo  écrivit dans le volume annuel de la Société Polymathique le premier article les concernant. Ce fut le début d’une polémique qui prit de l’ampleur entre les années 1956 et 1961, les uns voyant dans ces « coffres » des monuments à fonction funéraire (Lepart, André, Coppens, Lecornec), les autres demeurant partisans d’un dispositif à écraser le mil (Danigo, Rio). Mais des recherches plus récentes (Tuarze, Pape) ont conduit à réaliser un pré-inventaire( C ; Saujot-Besnier, 1977, 1999), puis, à l’instigation de la section Archéologie-Préhistoire de l’Institut culturel de Bretagne et du Centre Régional d’Archéologie d’Alet, une prospection suivie d’un inventaire, d’une étude analytique et comparative nous fut confiée puis publiée (Lecornec J  et Saujot-Besnier C. en 2002).

Un inventaire ne pouvant être exhaustif, les recherches se sont poursuivies après cette publication, donnant lieu à des compléments d’inventaire (2003 à 2005). En effet, l’intérêt suscité par ce travail a réveillé historiens locaux et propriétaires de ces monuments, si bien qu’à l’heure actuelle ce sont 1050 ossaria qui ont été analysés et répertoriés.

De nombreux points de réflexion nous ont conduit à ne plus considérer ces monuments de granite ou leucogranite comme de simples « pile mil ».

Conçus en trois éléments – le fût présentant un réceptacle, la couronne s’adaptant au sommet du fût par un système de mortaise et tenon ou un dispositif comportant moulure et saignée, un couvercle obturant la couronne qui demeure en relation avec le réceptacle par un orifice vertical- ce dispositif est beaucoup trop complexe pour n’être qu’un broyeur de céréale.

Par ailleurs les profils des réceptacles sont très variés : ovoïdes, coniques, tronconiques, hémisphériques ou rappelant encore le profil d’une amphore avec son culot. Il est bien évident que seul le profil hémisphérique est adaptable à la récupération d’une poignée de mil décortiqué, et le profil en entonnoir de la partie supérieure de la couronne ne présente aucun intérêt si l’on avait à considérer l’ensemble comme pile mil. Il semble plus judicieux de penser que ce profil était destiné à faire couler un liquide provenant de libations destinées au défunt.

La forme des fûts parfois très recherchée –multiplicité des pans de 8 à 12 et même 15, ornementations réalisées à l’aide de moulures ou de personnages présentés en ronde bosse, motifs géométriques-  n’incite guère à abonder dans le sens des partisans du pile mil.

Enfin la répartition des monuments fait apparaître une absence totale de leur présence dans des secteurs considérés comme gros producteurs de millet à l’époque où cette céréale était encore cultivée, c’est le cas en particulier dans la zone littorale.

Au sujet de leur répartition armoricaine, il est intéressant de noter que seul le Morbihan  possède de tels monuments, avec toutefois une vingtaine environ dans le Cap-Sizun, mais nous avons pu constater que ces monuments sont fréquemment déplacés pour en faire des objets ornementaux.

Toutefois nous aurions tort de nous   enorgueillir lorsque l’on sait que les départements de la Creuse, de la Haute-Vienne, que l’Auvergne et la Charente en possèdent également mais en moins grand nombre, avec l’absence de couronne, et que par ailleurs ces monuments étaient enterrés, seul le couvercle  apparaissant à la surface du sol. En pays Vénète il semble bien  que ces monuments aient été conçus pour être vus en totalité à l’intérieur d’un sanctuaire domestique ou public.

ossaria

Salle : Salle Alan Meur (près de la Mairie)

Localisation : Place du Gén de Gaulle, Questembert, France

Adresse de l'Université Tous Ages de Vannes et sa région

39 bis rue Albert 1er
(entrée rue Jules Verne )
56000 VANNES

Tel : 02 97 63 41 41
Le secrétariat est ouvert de 8 h 30 à 12 h 00 et de 13 h 30 à 17 h 30 (17 h 00 le vendredi).

Merci de bien vouloir privilégier les horaires de permanences durant lesquels des bénévoles vous accueillent et vous renseignent du lundi au vendredi de 09 h 00 à 11 h 45 et de 14 h 00 à 17 h 00

Parking dans la cour