Les mécanismes d'une pandémie médiévale. Conséquences sanitaires, sociales et culturelles de la peste de 1348

Description

Les maladies, les épidémies, les pandémies sont définies et catégorisées par la science qui détermine les appellations, les symptômes et les moyens d’action pour lutter contre elles. Nous venons de redécouvrir que leurs résurgences, bien plus que leur continuité, ont des conséquences qui dépassent très largement le domaine strictement médical.
La peste, terrible vocable à la force d’évocation formidable et unique, renvoie peut-être plus qu’un autre trouble à l’expérience de la mort collective, traumatisante, à l’altération des corps.
Corps humains, affligés et déformés par la souffrance d’un mal qui se multiplie et se dédouble sous ses formes bubonique et pulmonaire.
Corps sociaux qui se délitent progressivement face à une mortalité implacable, malgré le maintien de solidarités réelles, alors que l’Eglise demeure souvent impuissante.
Corps culturels d’un Occident meurtri, profondément angoissé par cette mort omniprésente, considérée par beaucoup comme une punition divine, alors que les boucs émissaires ne sont pas rares. Le mysticisme singulier, la quête du salut et les représentations triomphales de la mort, sont autant de nouvelles manifestations qui expriment les besoins, le désarroi et la solitude spirituelle du peuple chrétien.
Ce « grand personnage de l’histoire d’hier » accompagne néanmoins davantage les évolutions qu’ils ne précipitent les ruptures d’un monde qui survit, mais qui n’a jamais eu aussi peur de disparaître.

Détail
Antenne
Vannes
Thème
Histoire
Conférencier
Romuald ANGOT
Prix
5 €
Prix (non adhérents)
7 € (la conférence est donc ouverte aux non adhérents)
Date de la session
14/04/2022 14h30
Lieu de la session
Vannes, IUT, 8 rue Montaigne, amphithéâtre Sauvy
Durée
01h30
Nombre de places
242