Article 0

Sorties

Programme des sorties commentées

Nous vous recommandons de lire notre « Avis aux étudiants voyageurs »

Les inscriptions débutent environ 4 semaines avant la date de la sortie. Pour des raisons évidentes d’organisation, elles sont closes une semaine avant la date => Ne tardez pas à vous inscrire !

Voici la liste des sorties à venir :

Mercredi 19 décembre 2018 - Pont-Aven et Concarneau : exposition "Le Talisman de Paul Sérusier" et le Musée de la Pêche

Le matin : visite guidée de l’exposition « Le Talisman de Paul Sérusier» à Pont-Aven

En octobre 1888, le peintre Paul Sérusier peint une pochade, dans le Bois d’Amour, à Pont-Aven sous la dictée de Paul Gauguin : « Comment voyez-vous ces arbres ? Ils sont jaunes. Eh bien, mettez du jaune ; cette ombre, plutôt bleue, peignez-la avec de l’outremer pur ; ces feuilles rouges ? Mettez du vermillon ». Suivant les conseils de son ami, Sérusier réalise alors sur le motif une esquisse qui fait fi de la perspective traditionnelle, en construisant son paysage par la juxtaposition de couleurs franches, parvenant néanmoins à rendre identifiable les différents éléments : le bois en haut à gauche, le petit chemin, les hêtres alignés au bord de la rivière et le moulin, en haut à droite de la composition. Rentré à Paris, son œuvre va devenir rapidement une véritable icône, rebaptisée « Le Talisman » par ses amis du groupe des Nabis.L’exposition réunit environ 80 œuvres de Paul Gauguin, Emile Bernard, Maurice Denis, Edouard Vuillard, Georges Lacombe, Ker-Xavier Roussel, Charles Filiger …

Déjeuner à Pont-Aven

 L’après-midi : visite guidée du Musée de la Pêche à Concarneau puis petit temps libre

Le Musée de la Pêche voit le jour au tout début des années 1960 grâce à un artiste et quelques érudits qui réunissent les premiers éléments d’une exposition consacrée à la pêche. Situé dans le cadre exceptionnel de la ville close, dans l’ancien arsenal Vauban, et labellisé « Musée de France », il retrace sur 1500 m² l’histoire des pêches du monde entier grâces à des diaporamas, des maquettes, des engins de pêche, des aquariums et un chalutier à flot. De la construction navale aux techniques de pêche employées, en passant par les méthodes de conservation du poisson, « qui pêche quoi et comment, vous le découvrirez tout au long de la visite.

Le programme complet de la sortie ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 45 participants.

Inscriptions ouvertes du 26/11/2018 12:00 au 14/12/2018 12:00 .


Prix : 49 euros par personne.


Acheter


Lundi 28 Janvier 2019 (après-midi) - Chapelles du pays d'Auray : Saint-Quirin à Brec'h et Notre-Dame de Locmaria à Landévant

La chapelle Notre-Dame de Locmaria à Landévant, inscrite Monument Historique, a été édifiée au début du 13e siècle. Elle a subi des remaniements mêlant ainsi les styles roman et gothique. Cette chapelle remarquable est couverte de peintures médiévales du sol à la charpente. Elles sont parmi les plus anciennes du Morbihan et ont été récemment restaurées.

La chapelle Saint-Quirin à Brec’h, reconstruite au 17e siècle est un édifice de style classique. Classée Monument Historique, elle sert d’écrin à l’un des plus beaux retables du Morbihan. Ce chef-d’oeuvre est attribué à un maître lavallois. La chapelle est associée à une fontaine miraculeuse.

Déplacement en voiture. Co-voiturage possible au départ de l’UTA.

La chapelle Saint-Quirin de Brec’h

La chapelle Notre-Dame de Locmaria

 

 

 


Informations :

Le nombre de places est limité à 30 participants.

Inscriptions ouvertes du 07/01/2019 9:00 au 25/01/2019 12:00 .


Prix : 12 euros par personne.

Informations détaillées


Mercredi 27 février 2019 - Rennes

Informations :

Inscriptions ouvertes du 28/01/2019 9:00 au 22/02/2019 12:00 .


Mercredi 27 mars 2019 - Saint-Brieuc : chapelle de l'ancien séminaire Saint-Yves (art déco) et Brosserie Léonard Bullier (fabrique de pinceaux)

Informations :

Inscriptions ouvertes du 04/03/2019 9:00 au 22/03/2019 12:00 .


Mercredi 24 avril 2019 - Morlaix : la ville et ses trésors architecturaux

Informations :

Inscriptions ouvertes du 01/04/2019 9:00 au 19/04/2019 12:00 .


Mercredi 12 juin 2019 - Les retables de Gennes-sur-Seiche et le château de Belair au Pertre-de-Bretagne

Informations :

Inscriptions ouvertes du 13/05/2019 9:00 au 07/06/2019 12:00 .


Mardi 18 et mercredi 19 juin 2019 - Vendée : le jardin de William Christie à Thiré, la Maison des Illustres, ...

Informations :

Inscriptions ouvertes du 30/04/2019 9:00 au 07/06/2019 12:00 .


Voici la liste des sorties passées :

Mercredi 14 novembre 2018 - Nantes, deux expositions : "Nous les appelons Vikings" et "Nantes, 1886 : le scandale impressionniste"

Le matin : visite guidée de l’exposition « 1886 : le scandale impressionniste » au Musée des Beaux-Arts

En octobre 1886, Nantes organise un grand Salon d’art qui présente, cours Saint-André, près de 1800 œuvres : peintures, dessins, gravures, sculptures. Parmi les artistes, figurent des grands noms académiques de l’époque comme Delaunay, Gérôme ou Merson, mais aussi l’avant-garde impressionniste qui marquera l’histoire de l’art : Renoir, Sisley, Seurat, Guillaumin, Stevens, Rodin.

L’exposition revient sur ce formidable Salon qui incarne, à travers les plus belles œuvres présentées à l’époque, le visage exceptionnel de l’art vers la modernité.

Rassemblés selon des thématiques structurantes, près de 80 œuvres, peintures, sculptures et dessins provenant de collections publiques et privées, françaises et étrangères, seront exposées.

Déjeuner

 L’après-midi : visite avec audio-guide de l’exposition « Nous les appelons Vikings » au Château des Ducs de Bretagne

De 793 à 1066, les Vikings, tout à la fois commerçants, pillards, navigateurs et explorateurs, ont joué un rôle capital dans une grande partie de l’Europe correspondant à l’actuelle Scandinavie : Danemark, Suède, Norvège et certaines régions de Finlande.

Cette exposition internationale est présentée pour la première fois en France. Grâce à une collection d’objets exceptionnels qui traversent différents thèmes (religion, culte funéraire, artisanat, construction navale …) et des dispositifs multimédias, elle revisite le mythe des Vikings.

Le programme complet de la sortie ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 25 participants.

Inscriptions ouvertes du 22/10/2018 9:00 au 09/11/2018 12:00 .


Prix : 70 euros par personne.


Acheter


Mercredi 17 octobre 2018 - Pont-l'Abbé et Loctudy : exposition "Les Bigoudens, marchands et faiseurs de mode, 1750-1900" et le Manoir de Kerazan

Le matin : visite guidée de l’exposition « Les Bigoudens, marchands et faiseurs de mode, 1750-1900 » à Pont-l’Abbé

« Le costume bigouden » est très souvent considéré comme archaïque, sorte de vêtement figé dans le temps, enraciné dans des origines moyenâgeuses. Or, si les Bigoudens ont développé une esthétique vestimentaire singulière et originale, ils n’ont jamais vécu en autarcie. Ce sont bien les échanges commerciaux et l’ouverture sur le monde qui ont façonné cette mode insolite et chatoyante.

Les Bigoudens ont composé leurs façons de se vêtir, en fonction des habitudes vestimentaires en usage, de leur situation sociale, des savoir-faire  locaux mais surtout en fonction des matériaux disponibles sur le territoire. Ces marchands-négociants, marchands-drapiers, marchands au détail, sont nombreux à Pont-l’Abbé et leur rôle est fondamental dans le choix des tissus et ornements composant le vêtement bigouden.

Dès la fin du 18e siècle, ils ont mis à disposition des Bigoudens toutes les productions manufacturières et industrielles françaises, permettant ainsi au vêtement de se renouveler en permanence. Si aujourd’hui nous considérons les « costumes bigoudens » comme des vêtements « traditionnels », ils n’ont jamais été perçus comme tels par ceux qui le portaient. Au contraire, dès le début du 19e siècle, les Bigoudens et les Bigoudènes en particulier, affichèrent leur ancrage dans la modernité.

 

L’étude des textiles bigoudens anciens révèle effectivement une foule de matériaux importés : des cadis d’Aignan, des soieries lyonnaises, de la rubanerie de Saint-Etienne, des boutons à pâte de verre, du verre soufflé de Bohême, des velours de soie … Les inventaires après-décès mentionnent également des toiles de Nozay, des capes de Barracan, des bas de Saint-Marceau, du drap de Silésie, de la toile de Millau.

 

 

Petit temps libre à Pont-l’Abbé.

 

Déjeuner

 

L’après-midi : visite guidée du manoir de Kerazan

Construit à la fin du 16e siècle et modifié au 18e siècle, le manoir de Kerazan est un témoignage caractéristique de l’architecture bretonne de l’époque classique. Seule l’aile droite, n’ayant subi aucune transformation, est entièrement d’origine avec ses lucarnes de pierres aux ornements massifs. Sur la façade ouest, les fenêtres du rez-de-chaussée ont été élargies au 18e siècle, le bâtiment principal a été, à la même époque, surélevé d’un étage.

Sous le Second Empire, l’aspect de la toiture a été modifié, les propriétaires voulant l’embellir. Les lucarnes du 18e siècle ont alors été remplacées, et les nouvelles, bien qu’en pierre et « dans le style » sont beaucoup plus travaillées. La façade est d’une simplicité élégante avec ses deux étages d’ouverture au linteau arrondi. Deux pilastres marquant les extrémités du corps de logis principal et deux bandeaux, l’un au rez-de-chaussée, l’autre au-dessus de l’étage, font tout l’encadrement décoratif.

Les dernières transformations sont dues au donateur. En 1912-1913, il fait agrandir et surélever un corps du bâtiment qui jouxtait le bâtiment principal et construire une tour d’escalier coiffée d’une poivrière. Suivant la lumière, les différentes tonalités de la pierre, du granit beige de la façade principale au gris bleu de l’aile du 16e siècle, apparaissent et donnent à l’ensemble la noblesse des belles constructions bretonnes.

Ainsi, ce qui caractérise cet ensemble, c’est son authenticité : les bâtiments sont restés intacts, le manoir a conservé son ameublement et ses collections. L’aspect du parc n’a pas été modifié. Aussi Kerazan est-il perçu comme un lieu de mémoire.

 

Pratique :

Départ de l’UTA à 8 h 00

Départ d’Auray (parking opticien à l’entrée du parking Leclerc, rond-point de Toul Garros) à 8 h 20

Retour à Vannes vers 18 h 00

Le programme complet de la sortie ici

 


Informations :

Le nombre de places est limité à 50 participants.

Inscriptions ouvertes du 01/10/2018 9:00 au 12/10/2018 12:00 .


Prix : 57 euros par personne.


Acheter


Mercredi 26 septembre 2018 - Deux expositions : Henry Moore à Landerneau et "L'enfant dans la peinture bretonne" au Faouët

Le matin : Henry Moore au FHEL (Fonds Hélène & Edouard Leclerc pour la sculpture) à Landerneau

Henry Moore, l’un des sculpteurs les plus influents du siècle dernier, est le premier artiste britannique à devenir une star mondiale de son vivant. Incarnation du modernisme de l’après-guerre, son art amorce le renouveau de la sculpture en Grande-Bretagne, un mouvement qui se poursuit encore aujourd’hui. Les sculptures d’Henry Moore sont exposées dans de nombreuses villes et musées du monde entier ; leurs formes organiques continuent d’attirer un public toujours plus large et d’inspirer de nouvelles générations d’artistes. L’exposition retrace la vie et la carrière extraordinaires d’Henry Moore à travers un choix d’œuvres emblématiques, en très grande partie issues des collections de la Henry Moore Foundation de Perry Green, où il a vécu et travaillé.

La figure humaine a toujours été au centre de l’art d’Henry Moore et ce depuis le début de sa carrière. Comme il le déclare en 1961, « la figure humaine est à la fois le sujet le plus exigeant que l’on puisse s’imposer, et celui que l’on connaît le mieux ». Sa structure, ses divers points d’équilibre, ses dimensions et son rythme offrent d’innombrables possibilités en matière de formes, que Moore a développées tout au long de sa carrière tout en se concentrant sur trois thèmes majeurs : la figure couchée, la mère et l’enfant, et les rapports de formes intérieure/extérieure.

L’exposition suit le développement de ces thèmes clés durant toute la carrière d’Henry Moore. Elle illustre comment le style de l’artiste a évolué en rapport aux nombreuses idées et inspirations datant d’avant la Seconde Guerre mondiale, vers un langage original, reconnu par le public du monde entier, fondé sur l’exploration de la figure humaine à travers le mélange de formes organiques et abstraites, d’une actualité toujours renouvelée.

On découvrira ainsi parmi un ensemble qui réunit plus de 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins, des œuvres réalisées dès les années 1920-1930, ses Shelter drawings réalisés pendant la Seconde Guerre mondiale, une importante sélection de maquettes provenant de son atelier, ses grands projets d’architecture, dont le mur de Rotterdam, les séries dédiées à Stonehenge, et de nombreuses sculptures qui ont fait sa renommée internationale : parmi lesquelles l’exceptionnelle maquette en plâtre peint par Moore de la Reclining figure: Festival qu’il réalise en 1951 pour le Festival of Britain, le Family Group (1948-49) qui synthétise ses recherches d’après-guerre, ou des oeuvres monumentales comme Locking Piece (1962-63), jusqu’à l’une des plus remarquables sculptures de la dernière période, la Reclining Figure: Holes (1967-78), réalisée en bois d’orme, qui viendra clôturer l’exposition.

La visite se fera librement. Conférence d’Anne-Marie Chiron le jeudi 20 septembre à 14 h 30 (amphi B, IUT), et 20 h 00 (amphi A, IUT).

 

Déjeuner à Landerneau

 

L’après-midi : « L’enfant dans la peinture bretonne » au Musée du Faouët

L’enfant a été maintes fois portraituré par les peintres et dessinateurs qui ont sillonné la Bretagne aux 19e et 20e siècles. Chacun a représenté l’enfance selon sa propre sensibilité, dans les moments heureux comme dans les moments difficiles.

L’exposition montre ces différents regards portés sur l’enfant, qu’il soit materné, joyeux, studieux, joueur, miséreux, pieux, malade, … mais aussi de l’intérêt témoigné pour le jeune âge au cours des décennies.

Certains peintres de la colonie artistique faouétaise ont également été inspirés par le thème de l’enfance et un choix de quelques peintures met en valeur leur travail au sein de cette exposition qui réunit plus de 150 œuvres.

 

Visite guidée de l’exposition.

 

Pratique :

Départ de l’UTA à 7 h 50

Départ d’Auray à 8 h 10

Retour à Vannes vers 19 h 30

Mercredi 26 septembre 2018


Informations :

Le nombre de places est limité à 48 participants.

Inscriptions ouvertes du 10/09/2018 8:00 au 21/09/2018 12:00 .


Prix : 60 euros par personne.


Acheter


Lundi 24 septembre 2018 - La rade de Lorient et l'île de Groix : histoire et géologie

Accompagnatrices : Soazig Le Hénanff (guide conférencière historienne agréée) et Sandrine Brigault (professeure de géologie)

Groix est un charivari minéralogique qui témoigne de toute la géologie du Massif Armoricain. L’île est en fait le résultat d’une collision qui s’est produite entre deux continents, il y a plus de 400 millions d’années. On y recense donc plus de 30 familles de minéraux. Les lieux sont tellement riches qu’on a créé une réserve minéralogique ouverte au public, au nom du frère Le Bail qui fût l’un des géologues les plus assidus de l’île de Groix. C’est donc un grand musée géologique à ciel ouvert, où les visiteurs peuvent découvrir une soixantaine de minéraux différents qui résultent des phénomènes géologiques à l’origine du monde.

Quant à la plage des Grands Sables (où vous pique-niquerez), au nord-est de l’île, elle n’est accessible qu’à pieds par de jolis sentiers. Cette plage est doublement originale : elle a la particularité d’être convexe et en plus, elle a la bougeotte. Au lieu d’être une langue de sable déposée au fond d’un creux de la côte, c’est une colline de sable qui se déplace au gré des vents et des courants.

Depuis le bateau vous pourrez donc observer les particularités de ce littoral de Groix, et sur le terrain, vous admirerez certains minéraux en place dans les roches, véritables indicateurs de processus physico-chimiques, qui ont permis aux spécialistes de mieux comprendre l’histoire géologique locale et régionale.

Mais durant cette journée, vous étudierez aussi le système défensif de la région de Lorient, du 18e siècle à la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi que des singularités groisillonnes comme la pratique du cabotage et de la pêche au thon. Ce poisson règne en maître sur l’île à tel point qu’il a remplacé le traditionnel coq gaulois au sommet de l’église. Avec l’installation de conserveries vers 1860, Groix ne tardera pas à devenir le premier port thonier de France. Il n’en reste qu’une aujourd’hui, créée en 2001.

Programme journée à Groix


Informations :

Le nombre de places est limité à 38 participants.

Inscriptions ouvertes du 10/09/2018 8:00 au 20/09/2018 12:00 .


Prix : 54 euros par personne.


Acheter


Jeudi 5 juillet 2018 - Rennes : exposition "Debout !" et musée des Beaux Arts

« S’intéresser à l’art c’est se questionner », François Pinault

Lors de cette journée rennaise, outre une sélection d’œuvres de la Collection François Pinault, nous découvrirons le lieu où l’exposition est montrée, le couvent des Jacobins ancien édifice religieux puis caserne devenu récemment centre de congrès.

L’exposition « Debout ! »

La première partie de l’exposition occupe le Couvent des Jacobins. Les œuvres présentées évoquent, à la fois, le destin individuel et le destin collectif des Hommes. Beaucoup d’entre elles ont été créées à la suite d’un événement qui a changé le cours d’une vie, celle de l’artiste ou celle d’un tiers, mais aussi, parfois celui de l’Humanité toute entière. L’exposition invite aussi le spectateur à s’interroger sur sa propre capacité à se tenir « debout » face aux épreuves auxquelles il est, ou pourrait être confronté.

Artistes exposés : Maurizio Cattelan, Pierre Huyghe, Bertrand Lavier, Thomas Schütte, …

 

Le Musée des Beaux-Arts

Découvrez ou redécouvrez les chefs-d’œuvre du musée, parmi lesquelles les œuvres de G. de La Tour, G. Caillebotte, Th. Chassériau, P.-P. Rubens, P. Gauguin, …

Au programme donc : visite guidée de l’exposition Debout !, visite guidée générale du Musée des Beaux-Arts, temps libre dans le musée, temps libre et déjeuner en ville.

Le programme complet de la journée ici.


Informations :

Le nombre de places est limité à 50 participants.

Inscriptions ouvertes du 11/06/2018 9:00 au 29/06/2018 12:00 .


Prix : 67 euros par personne.


Mercredi 20 et jeudi 21 juin 2018 - Le Cap Sizun et l'Ile de Sein

La cité de Pont-Croix

Sur la route de la pointe du Raz, entre Douarnenez et Audierne, la cité de Pont-Croix est installée sur le versant d’une colline, au fond de la ria du Goyen. D’abord nous apercevons la belle aiguille du clocher de l’église, les toits et les façades blanches des maisons, accrochant la lumière et joliment agglomérées. Le labyrinthe de venelles qui enserre la belle église est unique, et particulièrement les « Rues Chères » aux impressionnants escaliers aux marches de pavés. Notre-Dame-de-Roscudon fut fondée au 13e siècle par les seigneurs de Pont-Croix. L’édifice est remarquable par sa longue et sombre nef de sept travées et ses arcades du bas-côté nord du chœur ; son architecture donna naissance à l’école dite de Pont-Croix. La flèche gothique qui prolonge la tour romane servit de modèle, au 19e siècle, à l’architecte Joseph Bigot pour édifier celles de la cathédrale de Quimper.

La pointe du Raz

« J’ai trouvé une côte déchiquetée, impressionnante, une mer verte et violette qui bouillonnait sur les rochers, et mon cœur s’est ému. » Simone de Beauvoir

A la proue de l’Europe, la pointe du Raz défie les puissants courants atlantiques et ne cesse de fasciner. Sa beauté sauvage a inspiré de nombreux écrivains tels Victor Hugo et Gustave Flaubert qui ont contribué à la renommée internationale de ce bout du monde. Très dégradé par un tourisme de masse la pointe du Raz, avec la baie des Trépassés et la pointe du Van, figurent en 2004 parmi les premiers sites à avoir été labellisés Grand Site de France. Ces 2024 hectares d’espaces naturels protégés font de ce site un ensemble unique de paysages remarquables en Bretagne.

A 20 kilomètres de la pointe du Raz et à 12 kilomètres de l’île de Sein, trois éclats blancs toutes les 20 secondes … Telle est la signature lumineuse du phare d’Armen. Considéré par ses gardiens comme l’ « enfer des enfers », il n’est ni le plus haut ni le plus puissant, mais il est certainement l’un des plus célèbres phares français en raison de son caractère isolé, des difficultés considérables liées à son édification et du danger à relever son personnel.

L’île de Sein

« L’île de Sein qu’on voit au loin

Assiette plate au ras des eaux

Avec le poivre nécessaire

A faire éternuer le soleil

Et le gros sel en ses ruelles

Où l’on marche l’un derrière l’autre … » Georges Perros, Poèmes Bleus

Cette île extraordinaire et minuscule est un radeau de sable et de roches ancré à 9 kilomètres au large de la pointe du Raz. Longue de 2 kilomètres, elle mesure moins de 1 kilomètre carré, et son point culminant n’est qu’à 6 mètres au-dessus de niveau des flots. Sur cette île souvent livrée à la fureur des tempêtes et où le vent souffle toute l’année, vit une centaine de personnes.

En 1940, c’est toute l’île qui se met au service de la Résistance. Après l’appel du 18 juin (qui ne sera connu que le 22 à Sein), tous les Sénans valides, soit environ 250 hommes (et environ le quart des premiers volontaires de la Résistance), partent rejoindre les Forces Françaises Libres à Londres. D’où cette phrase célèbre du Général de Gaulle : « L’île de Sein est donc le quart de la France. »

Le programme complet de la sortie ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 46 participants.

Inscriptions ouvertes du 03/04/2018 9:00 au 13/06/2018 12:00 .


Prix : 260 euros par personne.


Lundi 18 et mardi 19 juin 2018 - Sortie géologique : Belle-Ile-en-Mer

Sur les traces laissées par l’apparition de la chaîne de montagnes « Hercynienne » ou « Varisque ».

L’enregistrement par les roches de Belle-Ile-en-Mer nous fera revivre cette épopée gigantesque qui s’est déroulée il y a plus de 300 millions d’années sur le continent qui contenait l’Armorique.

Deux journées nous mèneront sur les pistes et indices de cette histoire géologique qui façonne le littoral breton.

Elles permettront à certain(e)s de mieux comprendre les grandes théories géologiques par la pratique du terrain et à d’autres de rêver à l’immensité des phénomènes ayant permis de plisser, sculpter, segmenter, colorer les roches des côtes belliloises.

web_S. BrigaultSandrine BRIGAULT est docteur en hydrologie. Elle enseigne les matières comme la géologie, l’hydrogéologie, la cartographie, la pédologie et d’autres modules sur les enjeux du développement durable dans une école d’ingénieur et à l’Université Bretagne Sud. Médiatrice Scientifique, elle intervient sur des conférences et anime des forums ouverts sur tout ce qui concerne le développement durable et les actions territoriales. Passionnée par l’environnement, elle s’intéresse à communiquer ses connaissances autour de la découverte et de l’explication des paysages par des cours interactifs, des sorties de terrain et des  voyages.

Depuis 2014 elle enseigne la géologie à l’UTA et donne des conférences sur des phénomènes touchant aux sciences de la Terre ainsi qu’à l’environnement, et vous accompagnera donc sur cette île morbihannaise.

Inscriptions ouvertes – 145 euros. Pas de chambre individuelle.


Informations :

Le nombre de places est limité à 16 participants.

Inscriptions ouvertes du 07/12/2017 12:00 au 26/01/2018 12:00 .


Prix : 145 euros par personne.


Mercredi 13 juin 2018 - Demeures privées du 18e siècle en Ille-et-Vilaine et retable de l'église de Brie

L’église paroissiale Notre-Dame de Brie conserve des traces de l’époque romane mais l’essentiel de la construction date des 15e et 16e siècles et l’édifice a connu d’importants remaniements à la fin du 19e siècle par l’architecte Arthur Régnault. A l’intérieur c’est son retable du 17e siècle resté authentique qui nous intéressera. Antoinette Peyre en fera les commentaires.

Le château de Piré dans la commune éponyme et celui du Plessix à La Couyère sont deux demeures construites dans le premier quart du 18e siècle. Elles présentent toutes les caractéristiques de l’architecture de cette époque. Après avoir été la propriété de missionnaires, le château de Piré a été rénové. C’est là que nous déjeunerons (repas gastronomique) puis nous ferons une balade aux abords pour découvrir le parc de sculptures contemporaines. Au château du Plessix, nous aurons le privilège d’être accueillis par M. et Mme de Langle qui nous feront découvrir leur propriété.

Le programme de la journée ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 48 participants.

Inscriptions ouvertes du 14/05/2018 9:00 au 08/06/2018 12:00 .


Prix : 61 euros par personne.


Mercredi 30 mai 2018 - Les arbres du Monde au Huelgoat et la Vallée des Saints à Carnoët

Les arbres du Monde au Huelgoat

« L’arboretum de Poërop » a été créé dans les années 1960 à l’initiative de Jean Merret et la Maison de retraite de Huelgoat. Dès le début, le site est dédié à un double objectif : permettre aux retraités de conserver une activité rurale et de continuer à avoir une proximité avec la nature (production de légumes et élevage d’animaux pour l’autoconsommation) mais également recevoir les récoltes d’intérêt botanique des voyages de Jean Merret.

Les premières plantations d’arbres débutent dans les années 90. En 1999, la propriété s’agrandit de 7 hectares. En 2004, un jardin de plantes médicinales du Népal et du Yunnan et une vallée himalayenne reconstituée sont ouverts au public. Aujourd’hui l’espace devenu « Les arbres du monde au Huelgoat » est dédié à la biodiversité végétale et propose 3 600 taxons (groupes) d’arbres et d’arbustes des 4 continents répartis sur 22 hectares.

Il s’agit de la première collection d’arbres de Bretagne et une référence de la botanique française.

La Vallée des Saints à Carnoët

Le site de la Vallée des Saints est exceptionnel et unique en Bretagne : il se compose d’une motte féodale, d’une chapelle classée Monument Historique, d’un site archéologique et surtout d’une vue à couper le souffle sur tout le Poher. Sur cet espace, depuis 2008, une association ambitionne d’implanter 1000 sculptures monumentales taillées dans du granit breton pour rendre hommage aux saints fondateurs bretons et à la dévotion populaire qui les accompagne. Aujourd’hui, une cinquantaine de statues se dressent sur l’herbe, représentant les moines venus d’Irlande, du Pays de Galles ou de Cornouailles anglaise pour évangéliser la Bretagne. Chaque année, de nouvelles créations, signées de différents sculpteurs, ravivent leur mémoire. Saint Tugdual, saint Hernin, saint Gildas, saint Brieuc, saint Malo… ont été les premiers à illustrer l’histoire légendaire de la Bretagne.

Le programme complet de la sortie ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 47 participants.

Inscriptions ouvertes du 23/04/2018 9:00 au 25/05/2018 12:00 .


Prix : 60 euros par personne.


Mercredi 16 mai 2018 - Brest : le vallon de Stang-Alar (Conservatoire Botanique National) et le Plateau des Capucins

Le matin : le vallon du Stang-Alar et le Conservatoire Botanique National

Véritable musée vert de 40 hectares, le Vallon du Stang-Alar est un espace de nature se déroulant le long de la rivière séparant Brest de Guipavas. A l’origine, l’exploitation de carrières a beaucoup modifié le site qui fut par la suite longtemps utilisé pour alimenter Brest en eau. Oublié au profit de l’Elorn au 19e siècle puis laissé à l’abandon le site était devenu un véritable dépotoir. A partir de 1971, grâce aux efforts d’associations riveraines soutenues par les institutions, le vallon renaît. En 1975, l’idée d’un conservatoire botanique « pour les plantes menacées » voit le jour. Les travaux financés par Brest métropole commencent. Aujourd’hui entièrement réaménagé, le Vallon du Stang-Alar abrite l’un des plus prestigieux conservatoires botaniques au monde, le Conservatoire Botanique National. Celui-ci a pour mission d’assurer la conservation des plantes menacées d’extinction. Il se consacre notamment à la sauvegarde de la flore du massif armoricain, de la façade atlantique et des îles océaniques à climat humide. Avec près de 1800 espèces menacées en culture et en banque de graines, Brest accueille ainsi l’une des 3 collections les plus importantes au monde de plantes en danger, et beaucoup d’entre elles doivent leur survie à l’action du Conservatoire botanique.

Déjeuner sur le port et transfert vers la station téléphérique : la ligne C du réseau Bibus est un téléphérique urbain inauguré en novembre 2016 entre les deux rives de la Penfled, le fleuve côtier qui coule à Brest et qui sépare les quartiers de Siam et des Capucins. Chacune des deux cabines peut transporter jusqu’à 60 personnes dans un même temps, soit 1 200 passagers par heure, à une vitesse moyenne de 2,3 m/s et maximale de 7,5 m/s.

NB : les personnes qui ne souhaitent pas prendre le téléphérique iront en car.

L’après-midi sera  consacrée à la découverte du Plateau des Capucins et de la médiathèque

Le quartier des Capucins est bâti à partir de 2015 sur l’emplacement des anciens ateliers des Capucins cédés par l’Arsenal de Brest à Brest métropole, là-même où depuis le milieu du 19e siècle, des générations de brestois ont forgé et usiné des pièces dans les ateliers grandioses pour honorer les commandes des marines françaises et étrangères. Mais jusqu’au 17e siècle, les Capucins n’étaient qu’une lande, rattachée à Brest en même temps que le quartier de Recouvrance en 1681. En 1695, la construction d’un couvent de moines capucins par Vauban est entamée qui donnera son nom au quartier. Les capucins sont rattachés à l’ordre des Franciscains qui fournissent les aumôniers de la Marine. En 1791, alors que quinze capucins continuent de résider sur le plateau et que les ordres religieux ont été dissous lors de la Révolution, les terrains et bâtiment sont réquisitionnés par la Marine, et le couvent est transformé en caserne, accueillant une école d’apprentis cannoniers.

Les bâtiments industriels, abandonnés au cours des années 1990 et aujourd’hui réhabilités, ont été construits entre 1858 et 1864 pour abriter des ateliers de mécanique (fonderie, ajustage, montage) de la Marine Nationale.

Journée commentée par Bernard André.

Le programme de la journée ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 45 participants.

Inscriptions ouvertes du 16/04/2018 9:00 au 11/05/2018 12:00 .


Prix : 59 euros par personne.


Mercredi 25 avril 2018 - La Danse Macabre de Plouha et Tréguier

Tréguier : visite guidée de la ville et de la cathédrale.

Au fond de l’estuaire du Jaudy, l’antique citée fut élevée autour de l’abbatiale d’origine. Le rayonnement de Tréguier va attirer, à partir du 14e siècle, de nombreux artisans ; la vie intellectuelle et artistique est intense (l’imprimerie s’y épanouit) et le port devient le siège d’un commerce florissant (grain, vin). Les Guerres de religion vont entraîner le déclin de Tréguier et les querelles de la Ligue vont la dévaster. Après les saccages de la Révolution, un nouvel essor est dû au lin et aux primeurs.

Chapelle de Kermaria-an-Iskuit-en-Plouha

Du premier édifice construit par le seigneur Henry d’Avaugour à son retour de croisade, en 1240, ne subsistent que les quatre travées de la nef ainsi que les collatéraux. Le proche est l’un des plus beaux de Bretagne ; il s’ouvre par une baie ogivale s’appuyant de chaque côté sur quatre colonnettes, et abrite les statues des douze apôtres. Mais l’édifice doit sa renommée à ses fresques, qui datent de la seconde moitié du 15e siècle, et surtout à sa Danse Macabre. A cette époque, et sans doute à la suite de graves épidémies de peste, la brièveté de la vie, la destinée et l’égalité devant la mort devinrent des thèmes de réflexion dominants. Seules sept peintures murales représentant ce thème ont survécu en France. Celle de la chapelle de Kermaria ne fut redécouverte qu’en 1856, dissimulée sous un enduit. Elle présente quarante-sept personnages, morts comme vifs, chacun logé individuellement dans une arcade peinte.

Le programme complet de la sortie ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 39 participants.

Inscriptions ouvertes du 26/03/2018 9:00 au 18/04/2018 12:00 .


Prix : 56 euros par personne.


Jeudi 29 mars 2018 - Peintures murales, vitraux, jubés ... remarquables en Morbihan (sortie annulée)

Les peintures murales de Kernascléden, les corniches et les vitraux de l’église du Croisty, le jubé de Saint-Nicolas de Priziac, le jubé de Saint-Fiacre du Faouët.

Sortie accompagnée par Gérard Danet, historien du patrimoine.

Le programme de la journée ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 40 participants.

Inscriptions ouvertes du 22/02/2018 9:00 au 09/03/2018 12:00 .


Prix : 50 euros par personne.


Mercredi 14 mars 2018 - Nantes : exposition Salvador Dali

La plus grande collection privée de France des oeuvres de Salvador Dali est actuellement présentée à Nantes dans un hôtel particulier construit au 19e siècle, le temps de la rénovation du musée montmartrois qui l’héberge d’ordinaire.

Plus de 300 oeuvres originales de l’artiste emblématique du Surréalisme sont donc montrées dans notre région de manière exceptionnelle : des sculptures théâtrales, des dessins érotiques et oniriques, des objets et mobiliers poétiques et des livres d’art.

Visite commentée. Pas de repas prévu (prendre un bon petit déjeuner ou prévoir un en-cas !). Temps libre à Nantes après la visite.

Départ à 11 h 00.

Le programme de la journée ici


Informations :

Le nombre de places est limité à 50 participants.

Inscriptions ouvertes du 19/02/2018 9:00 au 14/03/2018 12:00 .


Prix : 30 euros par personne.


Mercredi 14 février 2018 - Nantes : le musée des Beaux-Arts

Journée consacrée à la redécouverte du Musée des Beaux-Arts après sa réouverture au printemps dernier et visite de l’exposition temporaire du peintre caravagesque Nicolas Régnier.

Mercredi 14 février 2018


Informations :

Le nombre de places est limité à 48 participants.

Inscriptions ouvertes du 15/01/2018 9:00 au 09/02/2018 12:00 .


Prix : 66 euros par personne.


Dimanche 17 décembre (après-midi) 2017 - Comédie musicale "Cabaret" au Quartz de Brest

f373fc9537f775173b5f3605380e59

Fraîchement débarqué à Berlin, le jeune Américain Cliff Bradshaw découvre le Kit Kat Club, une boîte de nuit des plus sexy où se produit la sulfureuse Sally Bowles. Autour d’elle, l’extravagant maître de cérémonie Emcee et sa bande de boys and girls singent la parodie du monde : ils sont les rois du Show, du divertissement et de la provocation. Au Kit Kat Club, tout est permis pour profiter des folles nuits berlinoises des années 30 !
Mais même à l’abri dans cette enclave de liberté, les murmures du monde extérieur leur parviennent… Voici le plus grand classique des music-halls ! Entrez Messieurs-Dames ! Poussez la porte du Kit Kat Club et venez revivre la passion et la subversion de cette histoire célébrissime. L’orchestre, dirigé avec maestria par Pascal Charpentier, les chorégraphies inventives de Thierry Smits et la mise en scène aiguisée de Michel Kacenelenbogen nous proposent un spectacle grandiose mené par une quinzaine de chanteurs, acteurs et danseurs bourrés d’énergie ! Alors…
« Willkommen, Bienvenue, Welcome ! »

D’après la pièce de Johan Van Druten et l’histoire de Christopher Isherwood. Mise en scène : Michel Kacenelenbogen.

Durée : 2 h 30.

Prix : 51 euros. Inscriptions à partir du lundi 11 septembre à 9 h 00.


Informations :

Le nombre de places est limité à 40 participants.

Inscriptions ouvertes du 11/09/2017 9:00 au 30/09/2017 12:00 .


Prix : 51 euros par personne.


Adresse de l'Université Tous Ages de Vannes et sa région

39 bis rue Albert 1er
(entrée rue Jules Verne )
56000 VANNES

Tel : 02 97 63 41 41
Le secrétariat est ouvert de 8 h 30 à 12 h 00 et de 13 h 30 à 17 h 30 (17 h 00 le vendredi).

Merci de bien vouloir privilégier les horaires de permanences durant lesquels des bénévoles vous accueillent et vous renseignent du lundi au vendredi de 09 h 00 à 11 h 45 et de 14 h 00 à 17 h 00

Parking dans la cour